Foire aux questions

 

  • Qu’est-ce qu’un internat en psychologie?
  • L’internat varie-t’il d’une université à l’autre?
  • Pourquoi les étudiants doivent-ils faire un internat?
  • Que fait un(e) interne en psychologie?
  • Où trouve-t-on des internes en psychologie?
  • Les internes sont-ils rémunérés pour leurs services professionnels?
  • Pourquoi devrait-on payer les internes?

 

  1. Qu’est-ce qu’un internat en psychologie?
    L’internat en psychologie constitue l’étape finale de la formation professionnelle en psychologie clinique ou industrielle/organisationnelle. Il a pour objectif général d’approfondir la compréhension des connaissances, habiletés et techniques propres à la psychologie. Il s’agit d’une activité de formation obligatoire d’une durée de 1600 heures, soit un an à temps plein ou deux ans à temps partiel. L’interne reçoit une supervision minimale de quatre heures par semaine.Les milieux où se déroulent les internats sont diversifiés. Certains milieux sont accrédités par la Société canadienne de psychologie (SCP)ou par l’American Psychological Association (APA). Au Québec, plusieurs milieux ne sont accrédités par aucune association. Dans ces cas, l’étudiant doit parfois développer un projet d’internat et faire approuver son milieu de stage par la direction de programme de formation graduée en psychologie de son université. Il est également important de mentionner que pour être membre de la SCP, l’interne en psychologie doit avoir obtenu une rémunération. Cette limitation empêche donc les psychologues de pratiquer dans le reste du Canada, sans compter que cela affecte la crédibilité de notre formation.La SCP a publié des normes d’accréditation très précises pour les internats en psychologie. Pour cette association, l’internat est la dernière étape, mais une étape essentielle, dans la préparation à la pratique professionnelle en psychologie. C’est à ce moment que les étudiants gradués ont l’opportunité d’appliquer leurs connaissances théoriques et techniques, de développer et d’affiner leurs habiletés professionnelles et, surtout, d’intégrer le théorique, le pratique et le scientifique dans leur rôle émergeant de psychologue professionnel. C’est ce processus intégratif et les obligations qu’il comporte qui rendent l’internat en psychologie particulièrement distinct des autres travaux pratiques (practica) ou stages de formation qui, eux, mettent l’emphase davantage sur l’acquisition d’habiletés. Finalement, l’internat donne une occasion à l’étudiant de s’exercer dans son rôle professionnel ce qui facilite la transition entre le statut d’étudiant et celui de professionnel indépendant. (CPA, 2002, traduction libre)Le lecteur intéressé est invité à se référer au document complet des normes d’accréditation de la SCP pour plus de détails sur les préalables nécessaires pour qu’un milieu soit accrédité comme milieu d’internat.

 

  1. L’internat varie-t-il d’une université à l’autre?
    Les conditions d’accès à la professions au Québec sont régies par l’OPQ et les universités doivent donc s’y conformer. Il existe toutefois des différences mineures, selon l’établissement fréquenté. Pour ce qui est de l’internat, voici en bref le format qu’il peut prendre:(les informations ont été recueillies sur les page web des différentes institutions)

    UQAM 
    Internat 1 : 810 heures, sur 6 à 12 mois
    Internat 2 : 810 heures, sur 6 à 12 mois

    UQTR
    1400 heures, dont 170 heures de supervision directe, sur 12 moisUniversité Laval
    1600 heures sur 12 mois à temps plein ou 24 mois à temps partiel

    Université de Sherbrooke
    230 jours, dont 18 jours de rencontres de supervision, sur 24 mois et dans certains cas 12 mois

    Université de Montréal
    36 crédits sur 12 mois

 

  1. Pourquoi les étudiants doivent-ils faire un internat?
    L’internat est une activité de formation obligatoire à l’obtention du diplôme dans les programmes de D.Ps. ou de Ph.D. recherche-intervention dans toutes les universités québécoises. Cette formation constitue un préalable à l’exercice de la profession de psychologue dans l’ensemble des provinces canadiennes. Jusqu’en septembre 2006, seul le diplôme de 2e cycle en psychologie (la maîtrise) était nécessaire pour pouvoir devenir psychologue au Québec. Cette situation a été changée afin d’adapter et d’uniformiser les standards de formation à ceux du reste du Canada et des États-Unis.)Outre le caractère obligatoire de cette activité, l’internat permet aussi de :
  • Avoir accès à une clientèle et des mandats très diversifiés;
  • Avoir accès à des cas et des situations plus sévères que lors des stages antérieurs, et profiter d’une supervision pour ces contacts;
  • Augmenter sa compréhension du processus thérapeutique ou du processus de consultation;
  • Augmenter sa confiance en ses capacités professionnelles;
  • Tester ses limites;
  • Comprendre les rôles et les fonctions du chercheur;
  • Générer des idées de recherche appuyées sur une expérience professionnelle concrète;
  • Développer une compréhension clinique et professionnelle au-delà des modèles théoriques;
  • Avoir accès à de nouvelles techniques, de nouvelles problématiques, de nouvelles populations, etc.;
  • Etc.

L’internat est une occasion d’apprentissage inestimable. C’est la conclusion et la mise en pratique de sept à neuf ans d’études universitaires. C’est donc beaucoup plus qu’un stage ou qu’un practicum.

 

  1. Que fait un(e) interne en psychologie?
    Les internes en psychologie sont des étudiant(e)s impliqués dans un programme de doctorat en psychologie clinique ou industrielle/organisationnelle, généralement à la dernière année. Ce sont donc des étudiant(e)s gradué(e)s, en fin de programme, qui ont déjà acquis une certaine expérience dans des stages ou des travaux pratiques (practicum). Certains sont membres de l’Ordre des psychologues du Québec et sont donc déjà aptes à pratiquer la profession de psychologue, puisque l’exigence du doctorat pour la pratique professionnelle de la psychologie est très récente. Donc, contrairement aux étudiant(e)s en stage, certains internes ont déjà plusieurs années d’expérience derrière eux.De plus, à ce stade du cheminement académique, l’interne a souvent acquis plusieurs expériences en recherche, en enseignement et/ou en supervision d’autres étudiant(e)s. Les internes sont à même de connaître les tout derniers développements dans leur domaine d’expertise.Sous la supervision d’un psychologue expérimenté détenant un diplôme doctoral, l’interne assume les différentes tâches qui lui sont confiées, tout dépendamment de son profil.En psychologie clinique, les internes effectuent :
  • L’évaluation et le diagnostic;
  • Le traitement de divers troubles psychologiques auprès de diverses clientèles en psychothérapie individuelle;
  • La mise en place et l’animation de groupes d’entraide ou de ressourcement;
  • La planification et l’animation d’activités de sensibilisation ou de formation;
  • La rédaction de notes évolutives et de rapports psychologiques;
  • Une participation active aux réunions d’équipes multidisciplinaires;
  • Une collaboration à des recherches au sein de l’équipe;
  • Des présentations scientifiques au personnel du service ou au département;
  • Etc.

En psychologie industrielle/organisationnelle, les internes effectuent :

  • Le diagnostic d’une situation organisationnelle;
  • Le recrutement et la sélection du personnel;
  • La consolidation des relations de travail au sein d’une équipe;
  • La planification et l’animation d’activités de sensibilisation ou de formation;
  • L’assistance professionnelle en vue de l’implantation d’un changement au sein d’un organisme;
  • Le coaching;
  • La rédaction de rapports professionnels et une collaboration aux recherches et aux communications scientifiques;
  • Etc.

Évidemment, cette liste est loin d’être complète. Il faut également ajouter que les internes en milieux scolaires et communautaires peuvent assumer des rôles différents qui comportent des particularités propres à leur domaine respectif.

 

  1. Où trouve-t-on des internes en psychologie?
    On retrouve des internes dans différents milieux de pratique au Québec, au Canada et parfois même aux états-Unis. Les cliniques externes des hôpitaux représentent la grande majorité des milieux de pratique, mais il existe aussi des milieux scolaires et communautaires, en plus du milieu privé, où se retrouvent plusieurs internes en psychologie industrielle/organisationnelle.Chaque année, environ 250 étudiant(e)s des programmes de psychologie clinique des différentes universités canadiennes se retrouvent en internat.

 

  1. Les internes sont-ils rémunérés pour leurs services professionnels?
    La très grande majorité des milieux québécois d’internats ne rémunèrent pas leurs internes. Autrement dit, pendant toute une année où il doit remplir à temps plein les fonctions d’un psychologue, l’interne ne reçoit aucun salaire. De plus, les programmes de bourses de doctorat ne prévoient pas de versement de bourses pendant l’année d’internat. L’interne ne reçoit donc aucune forme de revenu durant cette année. Sachant que dans les autres provinces canadiennes, les internes bénéficient d’une rémunération moyenne de 25 000 $ et qu’ils touchent en moyenne 20 000 $ dans les états américains pour leur internat, il apparaît particulièrement injuste qu’ils n’obtiennent au Québec et au Nouveau-Brunswick aucune forme de rétribution.Certains milieux particulièrement novateurs offrent une compensation à leurs internes. à titre d’exemple, le CSDI a pris l’initivative de rémunérer ses internes à hauteur de 7 500 $.

 

  1. Pourquoi devrait-on payer les internes?
  • Il s’agit d’un travail professionnel à temps complet fait de façon quasi autonome. Le milieu retire beaucoup de bénéfices du travail de l’interne, beaucoup plus qu’avec un stagiaire. Le milieu bénéficie également de services en psychologie à un coût bien inférieur à celui demandé par un psychologue diplômé. En effet, les milieux de pratique reçoivent une prestation annuelle de services équivalente à 200 psychologues par année, soit 250 internes à un taux de rentabilité de 80 %. D’après les conventions collectives actuelles, le jeune psychologue de niveau doctoral est rémunéré en moyenne à 45 000 $ (8e échelon). Une masse salariale de plus de 11 000 000 $ est donc présentement économisée.
  • L’interne est toujours en contact avec l’université : il maintient un lien avec une source de connaissances à la fine pointe des derniers développements. L’expertise qu’il a développée dans le domaine où il a réalisé sa thèse fait de lui une ressource précieuse et contribue à diminuer les listes d’attente dans certains milieux.
  • Pour favoriser le recrutement et la rétention des psychologues : il a été démontré que le Québec fera bientôt face à une grave pénurie de psychologues alors que les besoins en santé mentale sont croissants dans la population. Si les internats au Québec ne sont pas payés, il sera difficile d’empêcher les meilleurs étudiants d’aller faire leur internat ailleurs, surtout s’il est rémunéré. Sachant que le gouvernement a investi tout près de 400 000 $ pour l’éducation d’un doctorant en psychologie, la somme demandée est rapidement justifiée.